ARTICLES, ENTREPRENEURS

Une consommation vertueuse

Fondateurs du site Be Blue
Stéphanie Renaudin et Maxime Coudert, les fondateurs de la plateforme Be Blue

Maxime Coudert et Stéphanie Renaudin. Ils ont créé la première plateforme de marques écoresponsables qui promeut l’histoire des entreprises référencées.

Une consommation vertueuse. Donner du sens à ses achats.

Donner plus de sens à ses achats tout en soutenant des valeurs environnementales, humaines, associatives (etc). Redéfinir l’offre écoresponsable tout en permettant aux consommateurs d’accéder à l’histoire des produits et des entreprises. Le tout concentré sur une plateforme. C’est ce qui a motivé ce couple toulousain – Maxime Coudert, promoteur de la vente en ligne depuis 20 ans, et Stéphanie Renaudin, ancienne avocate en droit des affaires. Aujourd’hui, responsable Éthique et Conformité dans l’industrie – à lancer Be blue. « Nous pratiquons tous deux des sports de montagne et sommes sensibles aux questions environnementales et à l’impact que nous avons au quotidien, souligne le cofondateur. Nous souhaitons proposer une solution pour le grand public dans une approche pédagogique. L’objectif est de guider les consommateurs par une sélection de produits écoresponsables car leur identification reste encore floue sur le marché. Il ne s’agit pas uniquement de produits labellisés bio ou locaux, mais également des filières en circuits courts, des produits made in France, et valoriser l’économie circulaire, durable, sociale et solidaire.« .

Proposer une offre écoresponsable

Pour proposer une offre écoresponsable globale, les fondateurs ont notamment élaboré une liste d’une centaine de critères. « On étudie la composition du produit, son cycle de vie, le lieu et les conditions de fabrication, la politique RSE ou les programmes associatifs liés à l’entreprise, le respect du droit des travailleurs, le packaging du produit, etc. Par exemple, nous proposerons des vêtements biologiques pour enfants fabriqués en Inde par une entreprise qui valorise l’éducation des femmes et le respect des salariés, ou encore des casques de vélos fabriqués à partir de matières recyclées, etc. », détaille le quadragénaire. Il a d’ailleurs mis en place un comité d’éthique constitué des membres de l’entreprise et d’experts indépendants. Au-delà de sélectionner des marques et de mettre en lumière leur démarche « qui ne se voit pas sur le packaging ». Le site dont la mise en ligne est prévue le 15 juin, fonctionne selon le système des ventes privées. « Le consommateur a besoin d’être aidé dans le changement de ses habitudes d’achat. Ainsi, l’enjeu est de proposer tous les trois jours, quatre à cinq nouvelles marques pendant près d’une semaine, soit une offre permanente de 30 à 40 marques maximum pour que chacune reste visible, avec une réduction de prix oscillant seulement de -20 à -50% car il s’agit souvent de PME avec des produits de qualité, loin des volumes industriels« .

Précurseurs

« C’est aussi en ça que nous sommes précurseurs. Enfin, les consommateurs doivent évaluer les produits, ce qui déterminera aussi leur référencement sur le site« , explique le gérant. Pour l’heure, plus de 2 000 marques sont potentiellement éligibles dont 80% nationales. Soutenue par le programme régional Foster Innovation, l’entreprise espère réaliser 1M€ de CA. À moyen terme, les fondateurs envisagent éventuellement de développer des plateformes régionales, ou une activité BtoB pour devenir le référent des produits écoresponsables auprès de circuits de distribution.

Par Jennifer Legeron, journaliste

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*